REPÈRES

Spécificités du genre 
 

École
Cycle 3


PRÉSENTATION
Lien avec les programmes

REPÈRES
Spécificités du genre
Une lecture pour l'enfance
Un genre qui s'adapte
Repères éditoriaux
Lecture littéraire

EN PRATIQUE
Choix d'un roman policier
Mise en réseau de titres
Travaux d'enfant
Entrée en lecture
Étude d'une ouvre intégrale
Projet d'écriture longue

POINT DOC
Bibliographie enfants
Bibliographie enseignants
Sur le Web
Des pages pratiques

Plan du dossier

À propos

 

Tous les Thém@doc

 
© Hatier
Le roman policier est l'un des genres du récit. À ce titre, il fait trop souvent, à l'école, l'objet d'études centrées sur les structures narratives au détriment des analyses de contenus. Sans négliger les aspects narratifs les plus créateurs dans le genre, il convient de dégager aussi les spécificités du polar.

Le récit policier se caractérise par ses stéréotypes, ce qui facilite chez l'élève de nombreux repérages, comme ceux des personnages (l'assassin ou la victime, le détective ou le commissaire), ceux des lieux (souvent la ville, les quartiers sombres), ou encore des actions (un méfait, crime ou non...) ; mais en dépit de tels stéréotypes, c'est un récit ouvert à des formes de création singulières où il est bon de travailler, selon le titre choisi, l'originalité d'un mode d'énonciation, d'un lieu, d'une configuration de personnages.

Pour appréhender d'autres formes de spécificités, on pourra comparer le policier aux récits déjà connus des élèves avant leur entrée en cycle 3, comme le conte ou l'album de fiction.
Ce qui en fait par exemple un récit à énigme, c'est moins sa structure que son protocole de lecture. En s'appuyant sur une culture partagée de récits, le professeur peut alors souligner l'originalité du traitement de la fable dans le policier.

Illustration de Gustave Doré pour les « Contes » de Perrault

On peut faire remarquer aux élèves comment la mort - inaugurale dans le polar - est considérée comme un méfait qui conduit à la recherche du coupable, alors que dans d'autres types de récits pour la jeunesse, elle ne fait pas de l'auteur du crime (l'ogre qui a tué ses filles, par exemple) un assassin !
La mort d'un animal, d'un aïeul favorise le traitement du deuil dans des albums à l'impact affectif fort alors qu'on ne fait aucun cas du deuil dans le polar ou dans le conte. Au-delà des identités de structure, les genres de récits se distinguent par le pacte de lecture qu'ils inaugurent dès l'orée du livre : il conviendra de s'attacher à celui du polar.

 
© CRDP d'Auvergne / CNDP - Thém@doc - Le roman policier
Décembre 2002 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.