REPÈRES

Une lecture pour l'enfance 
 

École
Cycle 3


PRÉSENTATION
Lien avec les programmes

REPÈRES
Spécificités du genre
Une lecture pour l'enfance
Un genre qui s'adapte
Repères éditoriaux
Lecture littéraire

EN PRATIQUE
Choix d'un roman policier
Mise en réseau de titres
Travaux d'enfant
Entrée en lecture
Étude d'une ouvre intégrale
Projet d'écriture longue

POINT DOC
Bibliographie enfants
Bibliographie enseignants
Sur le Web
Des pages pratiques

Plan du dossier

À propos

 

Tous les Thém@doc

 
Si le « polar » revêt des connotations négatives, liées à ses choix stylistiques, à une langue jugée trop familière, à son goût du glauque et du morbide, pourquoi l'introduire auprès de jeunes enfants ?
C'est que le roman policier concerne l'enfance par la manière dont ses thématiques retentissent auprès de chaque lecteur, et que, au-delà de stéréotypes de surface, il atteste un authentique travail artistique. Le traitement artistique crée un changement de cadre et éloigne les événements narrés de la réalité : le fait divers relaté dans la presse n'a pas le même impact qu'un événement similaire mis en scène dans un roman.

Le Chat de Tigali », Syros (1994)
© André Juillard (Illustrateur)

Un exemple de création originale avec deux grands noms : Didier Daeninckx et André Juillard.
Un lieu ouvert, contre le stéréotype des lieux clos du polar, un chat de Kabylie, attaché aux enfants malgré ses airs d'indépendance, toute une parabole.


Le plaisir de lire se justifie ainsi, mais loin de conduire à des régressions, la lecture du roman policier se présente comme une leçon pour « grandir » :
  • Grandir, car, comme le conte de fée, le policier conduit le lecteur à attendre, à ne pas céder aux principes de l'immédiateté de la lecture pour mieux s'inscrire dans la réalité du texte ; le détective privé est persévérant et ne cède pas à ses premières impressions.
  • Grandir, car une identification au héros, au détective, est souvent possible, même si celui-ci apparaît comme une machine à raisonner.
  • Grandir, car le roman policier ne craint pas d'utiliser l'humour, l'ironie, véritable leçon de distanciation pour le lecteur.
  • Grandir, car les énigmes du roman policier obligent à des raisonnements hypothético-déductifs de haut niveau, à des remises en cause de la propre logique argumentative ; le policier se veut le triomphe de l'intelligence sur les passions.
  • Grandir, car le roman policier pour la jeunesse, même s'il n'élude pas la violence et la mort, rappelle souvent les romans d'initiation qui aident le lecteur par projection dans sa quête d'identité.

 
© CRDP d'Auvergne / CNDP - Thém@doc - Le roman policier
Décembre 2002 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.