EN PRATIQUE

Étude d'une ouvre intégrale 
 

École
Cycle 3


PRÉSENTATION
Lien avec les programmes

REPÈRES
Spécificités du genre
Une lecture pour l'enfance
Un genre qui s'adapte
Repères éditoriaux
Lecture littéraire

EN PRATIQUE
Choix d'un roman policier
Mise en réseau de titres
Travaux d'enfant
Entrée en lecture
Étude d'une ouvre intégrale
Projet d'écriture longue

POINT DOC
Bibliographie enfants
Bibliographie enseignants
Sur le Web
Des pages pratiques

Plan du dossier

À propos

 

Tous les Thém@doc

 
Le roman policier La Villa d'en face a fait l'objet d'une lecture dans la classe de CM1 de François Tournaire (professeur des écoles, école Jean-Moulin à Clermont-Ferrand) avec pour objectifs l'appropriation des caractéristiques du genre policier à travers un questionnement et la conduite d'activités d'écriture où les élèves réinvestissent leur savoir sur le genre.

Le livre et ses caractéristiques
Fiche d'identité

La Villa d'en face
Texte de Boileau-Narcejac
Illustrations d'Annie-Claude Martin
Bayard Poche (coll. « J'aime lire »)
6 chapitres, 45 pages (dont 20 de textes en gros caractères)
Cycle 3 (fin CE2 - début CM1)

Caractéristiques narratives
  • Structure originale : deux affaires initialement sans lien qui se déroulent avant de converger au chapitre 5.
  • Chapitre 1 : énigme ; chapitres 2 et 3 : enquête ; chapitre 4 : hypothèses-vérifications ; chapitre 5 : mise en danger du héros ; chapitre 6 : course-poursuite, dénouement heureux.
  • Mode de narration : ouvre écrite au présent « scénique », narrateur généralement extérieur, mais on fera réfléchir aux variations énonciatives dans le chapitre 2.
  • Chronologie des événements avec jalons temporels dans chaque chapitre.
  • Aspects linguistiques : alternance récit / discours ; phrases courtes ; concision de l'information ; marqueurs de temps du récit et du discours ; pronoms à la troisième personne ; lexique propre à traduire une atmosphère de mystère ou de peur ; profusion de phrases interrogatives et exclamatives.
Intérêts pédagogiques du roman
Intérêts culturels
  • Oeuvre pouvant conduire à plusieurs lectures, complémentaires plus qu'opposées : aventure passionnante d'abord, lecture culturelle avec référence à des films policiers, à d'autres ouvres connues, fable, récit initiatique.
  • Deux auteurs connus et reconnus du policier.
Intérêt linguistique
Étude des aspects linguistiques spécifiés précédemment, porteurs de sens.
Intérêt moral
  • Sujet traité : deux enfants, livrés à eux-mêmes, observent le manège des nouveaux voisins dans la villa d'en face. Intrigués, ils vont enquêter pour satisfaire leur curiosité et tenter de confondre l'auteur du hold-up qui a eu lieu en ville.
  • Valeurs véhiculées : solidarité familiale ; nécessité d'affronter des épreuves pour parvenir à ses fins ; préférence donnée à la vie vécue par rapport à la vie rapportée (via le petit écran).
Intérêts par rapport au genre
  • Entrée en lecture facilitée par une structure suivant la séquence élémentaire classique : énigme - enquête - hypothèses - vérification (avec mise en danger du détective) - découverte des coupables.
  • Entrée en lecture facilitée par la présence d'enfants détectives.
  • Initiation au raisonnement hypothético-déductif.
  • Transgression d'interdits.
  • L'action se passe dans la région (Clermont-Ferrand, Vichy).
Progression sur les dix séances

Chapitre lu
ou activité
Objectif
1
Première et quatrième
de couverture
Homogénéiser les connaissances avant la séance d'écriture.
Rétablir la chronologie et la logique des événements.
Connaître certaines marques du genre policier.
2
Chapitre 1
À partir de la mise en perspective des deux énigmes, faire émettre des suppositions sur la suite.
3
Chapitre 2
Affiner le lien entre les deux énigmes.
4
Chapitre 3
Relancer la lecture en mettant les élèves en situation d'enquêteurs.
5
Chapitre 4
Entraîner au raisonnement hypothético-déductif. Faire relever, dans le texte et les illustrations, des indices confirmant l'arrivée probable du gangster blessé chez les Hollandais.
6
Chapitre 5
Mettre en relief le crescendo de la peur voulu par les auteurs. Préparer l'écriture de la suite.
7
Synthèse
Homogénéiser les connaissances avant la séance d'écriture.
Rétablir la chronologie et la logique des événements.
Connaître certaines marques du genre policier.
8
Bilan
Homogénéiser les connaissances avant la séance d'écriture.
Rétablir la chronologie et la logique des événements.
Connaître certaines marques du genre policier (personnages, indices, énigmes, première page).
9
Écriture
du chapitre 6
Faire écrire la fin du récit en fonction de contraintes liées aux connaissances acquises (respect du genre, du sens du récit, des choix linguistiques et du mode de narration).
Faire intégrer le mécanisme du suspense.
10
Chapitre 6
Faire relever les procédés employés par les auteurs pour faire durer le suspense jusqu'à la fin du récit.


Vue rapprochée de trois séances
De l'ensemble des dix séances décrites par François Tournaire, trois moments significatifs dans la lecture d'une ouvre complète en classe sont présentés dans leur intégralité : présentation du livre, lecture d'un chapitre, écriture de la fin du récit.
Présentation du livre : le paratexte
[séance 1]

La présentation du livre est associée à l'étude du paratexte, c'est-à-dire de tout ce qui ne s'inscrit pas dans le récit à proprement parler.
Objectif
Provoquer des attentes de lecteur à partir de la première et de la quatrième de couverture.
Éléments matériels
Supports :
- copie de la première et de la quatrième de couverture (résumé de quatrième jusqu'à « dangereux »),
- tableau : ce que l'on sait, ce que l'on voit, ce à quoi on peut s'attendre.
Durée : 30 à 40 minutes.


Remarque
Le paratexte ne comporte pas d'indices propres au genre policier. Seule la fin du résumé peut induire l'appartenance au genre policier.
Présentation du projet de lecture aux élèves
« Tout le long du mois d'octobre, deux à trois fois par semaine, nous découvrirons cette ouvre. Nous essaierons de voir à quel genre elle appartient. Nous exprimerons à chaque fois ce que nous avons appris, découvert, ce dont nous sommes sûrs d'une part, et d'autre part, ce que nous pouvons déduire, imaginer, ce à quoi l'on peut s'attendre.
« Donc vous ne pourrez emporter le livre à la maison. Tout se passera en classe. »
Découverte de la première et de la quatrième de couverture
Quelles informations nous révèlent-elles ? Titre, auteurs, illustratrice, édition, collection, âge des lecteurs, informations sur l'histoire (illustration + résumé).
À quoi pouvons-nous nous attendre dans ce livre ?
  • Les attentes sont diverses au début, puis elles se réduisent et s'affinent au fur et à mesure de l'entrée dans le récit.
  • Il convient de faire le point à chaque séance, de spéculer uniquement par rapport aux connaissances acquises, de les faire mettre en relation, pour entraîner progressivement au raisonnement hypothético-déductif.
  • Il est nécessaire, pour cela, de garder trace, dans le tableau prévu à cet effet, de ce que l'on a appris au cours de la lecture et des attentes formulées.
Lecture du chapitre 1, « Les nouveaux voisins »
[séance 2]
Objectif
À partir de la mise en perspective des deux énigmes initiales, faire émettre des suppositions sur la suite.
Éléments matériels
Supports :
  • chapitre 1 du livre,
  • tableau collectif : certitudes, attentes, questions.
Durée : 30 à 40 minutes.
Activité
Lecture du tableau collectif, puis lecture silencieuse, enfin lecture à haute voix du chapitre. Questionnaire individuel.
Mise en commun
  • Les deux personnages en présence et les deux autres personnages principaux dont on parle : Philou et Clo, le Hollandais et le gangster blessé en cavale.
  • Qu'est-ce qui oppose Philou et Clo dans ce chapitre ?
  • Pensez-vous que les parents de Philou et Clo soient présents ? Pourquoi ?

Les deux événements marquants qui suscitent la curiosité, l'envie d'en savoir plus :
  • le comportement atypique du nouveau voisin, le Hollandais (« un type qui met un pansement pour sortir et qui l'enlève en rentrant à la maison », p. 7 et 8),
  • un hold-up à la banque centrale de Vichy, avec un gangster blessé en fuite (« On parle du hold-up... recherche », p. 8 et 9).

Les autres certitudes :
  • Philou et Clo sont frère et sour.
  • Leurs parents sont absents.

Les suppositions que l'on peut faire à partir des deux énigmes initiales :
  • Peut-être le voisin d'en face est-il le gangster.
  • Ce voisin, le Hollandais, est-il réellement blessé ? Sinon, pourquoi fait-il semblant de l'être ?
  • Peut-être le gangster et le voisin d'en face se connaissent-ils.
Écriture de la fin du récit : chapitre 6
[séance 9]
Objectifs
  • Faire écrire la fin du récit en fonction de contraintes liées aux connaissances acquises (respect du genre, du sens du récit, des choix linguistiques et du mode de narration).
  • Faire intégrer le mécanisme du suspense.
Supports
  • Liste des contraintes.
  • Fiche individuelle avec le début et la fin du chapitre 6.
Déroulement en trois séances de 45 minutes
  • Une séance pour lister les contraintes.
  • Une séance pour le premier jet et la co-évaluation.
  • Une séance pour la réécriture.
Inventaire des contraintes
Rappel de ce que l'on a appris dans le chapitre 5 :
  • Clo a crevé les pneus de la voiture des Hollandais.
  • Philou est terrorisé : à la fin du chapitre, « l'homme à la cicatrice le regarde et le vise, lui, Philippe, à travers la lunette de son fusil. »
  • Va-t-il tirer ?
Lecture du début du chapitre 6 (pages 40 et 41).
  • Qu'apprend-on de nouveau ?
  • Le gangster a bien tiré. Philippe est maintenant en danger de mort (cf. titre : « La panique »).
Puis lecture de la fin (page 45).
  • Philippe est allé jusqu'à la gendarmerie. Le gangster et les Hollandais ont été arrêtés.
  • Que s'est-il passé entre-temps ?

Liste des contraintes
  • Le récit doit bien être la suite logique du chapitre 5. Il doit s'intercaler entre le début et la fin donnés. (Philou est en danger de mort. Poursuivi par un gangster armé, il est complètement paniqué, mais réussit finalement à atteindre la gendarmerie.)
  • Si l'on se place du point de vue du lecteur, on doit se demander jusqu'au bout si Philippe va arriver à temps à la gendarmerie.
  • L'action se déroule dans les rues du village, un lundi matin.
  • Clo ne peut pas aider son frère, elle est à l'école. On ne doit pas faire apparaître de nouveaux personnages.
  • Les actions se suivent rapidement (pour bien traduire la course-poursuite).
  • Les verbes sont au présent (référence aux chapitres précédents).
  • Le narrateur est extérieur. Les personnages peuvent être désignés par « il » et « celui-ci », mais aussi par : « le garçon », « le gangster » et « l'homme à la cicatrice ».
  • On peut imaginer une ou deux phrases d'un monologue intérieur de Philippe, dans sa course folle, traduisant sa peur ou son soulagement.
  • Les phrases seront bien ponctuées : majuscules, points d'exclamation, d'interrogation...
Proposition de possibles narratifs, première écriture
En fonction des contraintes d'écriture dégagées précédemment, des possibles narratifs sont proposés :
  • Le lecteur doit se demander jusqu'au bout si Philippe va arriver à temps à la gendarmerie sans se faire tuer ou blesser. Qu'est-ce qui peut le retarder dans sa course ? Qu'est-ce qui peut l'aider ?
  • Les échanges permettront de fournir des idées aux plus démunis et de vérifier si certaines contraintes ont été intégrées (lieux, personnages notamment).
  • Écriture individuelle sur fiche ; liste des règles.
Co-évaluation et réécriture
La réécriture est effectuée en fonction d'une évaluation intermédiaire par les élèves et l'enseignant.

 
© CRDP d'Auvergne / CNDP - Thém@doc - Le roman policier
Décembre 2002 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.